Page 5 - 61-CDRH Aviation news juillet 2019
P. 5

Actualité  Délégation Patrimoine

                                   Mr Peabody et Doe ont-ils vraiment survécu ?
                                   Si oui, comment et que leur est-il arrivé ?

        Le mystère a longtemps hanté les plus vieux habitants des villages proches du lieu de l’accident et a donné
        lieu  à  un  travail  de  recherche  remarquable  réunissant  des  étudiants  de  la  Bishop’s  University,  près  de
        Sherbrooke, au Québec, où Mr Peabody a étudié, les parents des aviateurs portés disparus au Québec, en
        Ontario et en Californie, et des historiens amateurs français enthousiastes, qui ont guidé les étudiants de
        l’université dans leur quête de  renseignements.















































            Avant de présenter leur dernier rapport sur le L7576 l’année dernière, leur travail les avait conduits dans
        une aventure transatlantique au cours de laquelle ils ont examiné une pléthore de récits spéculatifs et parfois
        opposés sur le sort des aviateurs.

            Ils  les  ont  menés  à  des  impasses  et  ont  vu  des  théories  les  enthousiasmer  puis  déprimer  après  la
        découverte de nouvelles preuves contradictoires. En chemin, ils ont rencontré des faits horribles qui les ont
        attristés et qui continuent de hanter ceux qui ont vécu les raids aériens.

            «Les villageois Français étaient surpris de voir que quelqu'un venu du Canada se souciait de ce qui s'était
        passé  à  Petitmont  en  juillet  1944»,  a  déclaré  Sean  Summerfield,  qui  a  dirigé  l'équipe  de  recherche  de
        l’université. «Pour certains d'entre eux, les souvenirs de l'accident sont encore frais. Quand je leur disais ce
        que je recherchais, certains me tenaient le bras et se mettaient à pleurer ».

        Madame Madeleine Schultz

            Mme Schultz, 97 ans, était l'une de ces personnes de la région. Elle reste silencieuse et verse des larmes
        d’émotion lorsqu'elle se souvient de cette nuit. Elle considère que les équipages des bombardiers alliés sont
        tous des héros et a pris soin pendant des décennies des tombes de trois membres de l’équipage du L7576, un
        canadien et deux britanniques, dans le petit cimetière de Petitmont, rarement visité.                                    ►
   1   2   3   4   5   6   7   8   9   10