Page 10 - Le magazine d’informations du CDRH N°62 - Octobre 2019
P. 10

Actualité Délégation Patrimoine




        Ainsi, le 3 janvier 1944, le commandant Monraisse est le premier désigné pour prendre le commandement
        de la 3ème escadre de Chasse, devenant ainsi le plus jeune commandant d’escadre de France.  Sous son
        commandement, la 3ème escadre réalisera 12 000 heures de vol dont 4 000 sur P39. A ses proches et à ses
        pairs, il déclare : « L’escadre est un échelon d’où on voit les avions d’un peu plus loin… Je voudrais tant que
        ma carrière de pilote de chasse ne soit pas déjà terminée ». Son supérieur lui accorde alors le droit de
        continuer des missions de guerre.

        Le 20 juin suivant, il reçoit le commandement de la 1ère Escadre de Chasse sur Spitfire, celle-ci - intégrée

        au  sein  du  Tactical  Air  Command  -  étant  immédiatement  transférée  en  Corse.  Elle  soutient  ensuite  le
        débarquement allié en Provence avant de rejoindre, enfin, le 3 septembre 1944 et après quatre ans d'exil,
        le territoire de la mère patrie.

        La "1" change ses Spitfire Mk V contre des Mk IX. Elle se déplace au rythme des opérations, à Lyon, Dijon,
        Luxeuil, pour effectuer des missions tactiques de sweeps et straffings au profit des Alliés et, en particulier,
        de  la  1ère  Armée  du  général  de  Lattre  de  Tassigny  qui  boutent  la  Wehrmacht  hors  de  France.  Le
        commandant Monraisse est un soldat heureux. Il déclare :

            "J'ai actuellement le plus beau commandement que j'aurai jamais : des unités combattantes et leurs
                           services, tout cela dans la main, et je crois que cela tourne bien rond".


        Le 8 octobre 1944, deux patrouilles de quatre avions décollent à 14h05 de Luxeuil en mission sweep sur les
        axes  Colmar,  Strasbourg,  Pforzheim  (est  de  Stuttgart)  puis  retour.  Le  chef  de  dispositif  est  le  capitaine
        Dorance, commandant du GC 1/7 sur le Spitfire Mk VIII MT627/W dont le box est désigné pour conduire les
        attaques sur la branche aller et une partie de la branche retour. Le commandant Monraisse sur le Spitfire
        Mk IX MA 461 assure avec sa patrouille la protection aérienne. Deux locomotives sont détruites. Au retour
        de la mission, un train sous pression est signalé dans la gare de Haslach im Kinzigtal située à 40 kms à
        l’ouest  du  Rhin.  Le  commandant  Monraisse  décide  "d'attaquer  dans  le  soleil"  ;  suivi  de  son  n°  2,  le
        commandant Alexandre sur Spitfire Mk IX MA505/B. Il exécute une boucle destinée à se placer "soleil dans

        le  dos",  pique  sur  la  gare,  aligne  l'objectif  au  centre  du  collimateur  et  tire  une  longue  rafale.  Celle-ci
        retourne le ballast devant la machine avant de la toucher de plein fouet ainsi que les wagons de tête.  En
        protection au-dessus de l'attaque, le capitaine Dorance voit le Spitfire de son commandant d'escadre frôler
        la locomotive puis passer sur le dos avant de percuter un bâtiment de la gare, faisant quelques victimes
        civiles. Il est 15h05. "Bouquet 5" ne répondra plus jamais.

        Hubert Monraisse a trouvé la mort à 34 ans. Il repose désormais à Haslach im Kinzigtal (Allemagne).


        Sources : Famille Monraisse, Henri Guyot




         Spitfire  Mk  IX  MH663/C.  Cet  avion  du  GC
          1/7 Provence, rattaché à la 1ère Escadre de
         chasse,  avait  déjà  volé  le  matin  du  8

         octobre 1944 dans le secteur de Pforzheim.

         (Coll. Mutin via B. Hugot)
   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15